[Evènement]: les jeunes relancent l’opération “Semaine Verte” au cimetière de Toukra – Tchad

Initiée et lancée le 8 aout 2018 par un jeune acteur de l’environnement, la semaine verte est née d’une volonté collective de jeunes de quartiers de planter plusieurs arbres dans des lieux publics.

Tout a commencé il y a de cela 5 ans. Hargue LAGMET, Ingénieur dans le domaine pétrolier et passionné d’agriculture s’était donné comme mission de participer activement au reboisement de son quartier, Paris-Congo, dans le 6ème arrondissement. C’est ainsi donc que ce ferru d’environnement commence par créer lui-même des pépinières de plants d’arbres propices à la réussite de son idée. 

Hargue LAGMET, Promoteur de la Semaine Verte (cc: Sandrine NAGUERTIGA)
Hargue LAGMET, Promoteur de la Semaine Verte (cc: Sandrine NAGUERTIGA)

Face au succès de cette initiative, il décide donc d’embarquer la majorité des jeunes de son quartier pour une opération plus grande qui n’est autre que celle de l’arborisation du cimetière de Toukra. A travers cette action, le promoteur de cette initiative a souhaité: “contribuer à la protection de l’environnement et au bien-être de la population”. 

Cette semaine verte, qui verra sa 2ème édition n’est autre qu’une continuité des actions déjà menées par les jeunes dans le quartier. 

Retour sur une première et encourageante édition: 

Ce sont environ 1500 plants, constitués essentiellement d’arbres pour ombrage (appelés 6 mois) et arbres fruitiers (goyavier, citronniers, papayers) qui avaient été plantés tout le long de l’aller du cimetière pendant ces 6 jours d’initiative. 

LAGMET Hargue, promoteur du projet: “« nous avons remarqué et reçu la plainte de plusieurs personnes qui subissent l’effet de la chaleur lorsqu’ils viennent aux enterrements. Aussi, beaucoup de personnes tombent sous le coup de la chaleur lors du dernier hommage. De ce fait, nous avons jugé utile de procurer de l’ombre à la population et prévenir ce genre de cas. Les arbres vont créer un écosystème et bio environnement aux usagers et améliorer le climat au cimentière ».

L’édition passée a permis de noter un véritable élan de participation de la part des jeunes du quartier mais également de noter un véritable intérêt de la part de mécènes tels que par exemple le Chef de carré de la commune abritant le cimetière. 
Faute de soutien financier externe, le promoteur de l’initiative a su compter sur l’appui de ses proches vivant notamment à la diaspora. Les marraines de la première édition: Irène Kidere LAGMET et Sandrine NAGUERTIGA (soeur et nièce du promoteur de cette initiative) ainsi que Mando GALI (ami de la famille) n’ont pas hésité un seul instant à les soutenir et comptent bien le renouveler cette année. 

Cependant, plusieurs faits déplorables ont été constatés tout au long de cette première année de l’évènement. En effet, après les plants d’arbres au cimetière, les jeunes se sont relayés pour arroser les arbres plantés et bien malheureusement certains ont été détruits face à un manque de civisme ou encore à une négligence de la part des personnes qui se rendent au cimetière, notamment pendant la fête de la Toussaint où de sérieux dégâts avaient été constaté par les jeunes. On peut par exemple citer les plants d’arbres détruits par les pneus de voitures qui n’hésitent pas à les écraser et donc détruire le travail ardent et de bonne volonté des jeunes ou encore les animaux élevés en plein air (chèvres, ânes, chevaux, dromadaires) qui n’hésitent pas à se nourrir des plantes et à les détruire). 

Semaine verte 1ère édition (cc: Journal du Tchad)

Une seconde édition mieux élucidée 

la première édition de la semaine verte aura permis au porteur du projet et à son équipe de prendre du recul et d’élaborer des stratégies utiles au bon déroulé des opérations. 

Cette seconde édition sera donc lancée ce lundi 1er 2019 et, ce pour 6 jour consécutifs. Un appel massif aux bonnes volontés est lancé pour cet évènement qui s’annonce plus convivial et utile pour la sauvegarde de notre environnement. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *